Conseil Municipal du 26 Mars 2018. Intervention de Coralie Breuillé-Jean : Budget

Les gouvernements et les présidents changent, au moins de visage.

Les politiques budgétaires elles, pas tellement.

Leur philosophie en tout cas reste la même : réduire à tout prix la dépense et supprimer les services publics.

Forcément, nos budgets communaux en pâtissent car tous subissent le caractère contraint des politiques nationales. Si on en a fini (pour l’instant) avec les baisses nettes de dotations, nous sommes aujourd’hui passés au blocage du budget de fonctionnement à 1.2% d’augmentation par an et à l’incertitude liée à la suppression totale de la taxe d’habitation.

En prenant en compte l’inflation et l’augmentation automatique de la masse salariale, rendons grâce à Jupiter d’être étranglé un peu plus lentement.

Cet étouffement de l’action des collectivités locales depuis plusieurs décennies a de graves conséquences en termes d’aménagement du territoire et d’offre de service public de proximité.

Pendant ce temps, l’état préfère consacrer toujours plus d’argent ou d’exonération aux entreprises et aux plus riches : 70 Milliards de CICE depuis 2013, 5 Milliards de suppression de l’ISF : quand on aime, on ne compte pas !

Les gouvernements qui se succèdent préfèrent laisser les collectivités dans les difficultés, les forçant à renoncer à tout investissement d’ampleur, au mépris des besoins des citoyens.

Si j’étais mauvaise langue, j’ajouterais qu’aucune collectivité n’est En Marche, mais que les mettre en difficultés est un bon moyen de les faire basculer aux prochaines élections.

La Ville dépense l’argent qu’elle a. C’est vrai. L’argent des contribuables. Et ce n’est pas une honte. Elle doit le faire avec sagesse et mesure mais avec ambition. L’argent dépensé est utile à l’éducation des enfants, à la mise à disposition d’une offre culturelle de qualité, à l’activité des associations, à aider ceux qui en ont besoin.

Les dépenses engagées par les collectivités sont gages d’emplois de fonctionnaires, donc non délocalisables.

Les investissements et les dépenses des collectivités, à travers la commande publique, représentent une source d’activité importante, voire essentielle pour bon nombre de PME locales.

L’argent dépensé par la ville contribue au bien vivre ensemble et à l’égalité entre les citoyens. En fait, cet argent mis en commun nous permet de faire société.

En bon communistes français, c’est donc en prenant en compte d’un côté la dure réalité de la contrainte budgétaire et de l’autre l’aspiration au maintien d’une politique de progrès social que nous jugeons ce budget.

S’agissant de la fiscalité, le pari est tenu de ne pas augmenter les taux d’impositions communaux pour ne pas alourdir la charge qui pèse sur les ménages. D’aucuns ici trouvent déjà nos impôts trop élevés ou nous trouvent trop endettés. Mais ils se gardent bien de nous dire quelles dépenses ils supprimeraient.

La ville n’est pas maitresse de l’assiette fiscale. Elle ne peut choisir d’aller chercher l’argent où elle le souhaite.

C’est bien dommage. Il serait sans plus juste d’aller voir les plus de 300 foyers fiscaux poitevins à qui le Président a fait grâce de l’ISF pour augmenter leur part d’impôts locaux. Mais on ne peut pas.

Au vu des besoins en service public, des nécessaires investissements, de notre capacité actuelle de désendettement, du contexte de contrainte budgétaire nationale, vouloir aujourd’hui aller plus loin dans la baisse d’impôts ou le remboursement de la dette, tient de l’idéologie et non de la bonne gestion.

Les associations voient un maintien de la part budgétaire qui leur est consacrée, même si nous souhaiterions toujours pouvoir faire plus car nous savons l’apport qu’elles représentent dans la vie locale.

Le budget du CCAS augmente cette année encore de 2% ce qui est essentiel compte tenu des besoins et des baisses de subventions de l’état.

Pour ce qui concerne le personnel, le sujet a fait l’objet de longs débats dans lesquels nous avons exprimés nos désaccords et nos inquiétudes il y a quelques semaines. Le budget prévoit une hausse contenue de la masse salariale, hausse absorbée intégralement par le Glissement Vieillesse Technicité. Pas de création de poste donc alors que nous avons de grandes ambitions en terme de qualité d’accueil et de service. Il nous faudra maintenir une très grande vigilance.

En ce qui concerne les investissements, ils sont conformes aux engagements du début du mandat. Il nous faut toutefois alerter sur le fait que les investissements d’entretien des bâtiments nous permettent tout juste de nous maintenir à jour. Nous n’avons pas le potentiel d’investissement supplémentaire qui nous permettrait d’entamer des travaux générateurs d’économie voir de rentrée d’argent. Nous pouvons espérer que la SEM énergie à venir sur GP pourra nous y aider.

Nous saluons le lancement de la réhabilitation de la Villa Bloch. C’était un projet qui tenait à cœur à notre groupe et nous nous réjouissons qu’elle puisse à nouveau accueillir des artistes.

Pour conclure, les élus du groupe communiste approuvent ce budget. Nous l’approuvons parce que même si nous souhaiterions pouvoir faire plus, ce budget permet de mettre en action notre volonté politique et de tenir nos engagements : Education, culture, solidarité. Les priorités sont là.

Il prend en compte la réalité de la ville et répond au mieux aux urgences actuelles. Mais nous l’approuvons avec la conscience et l’inquiétude liées à la fin de toute marge de manœuvre locale et au désintérêt grandissant de l’état pour les politiques de proximité.

 

Publicités
Cet article a été publié dans budget, Conseil Municipal, coralie breuillé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s