Conseil Communautaire du 30 Juin 2017 : Intervention de Patrick Coronas

2016 a été l’année de l’attente et non celle de la concertation et de la préparation.

Pour éviter de brusquer ou paraître vouloir prendre le pouvoir par avance, peu de choses ont avancé entre élus et services des anciens EPCI. Beaucoup de « on dit », beaucoup de préventions mais pas d’anticipation. Ce fut clairement une erreur mais cela pouvait-il en être autrement avec une loi NOTRE et MAPTAM de désorganisation des collectivités ?

2017 est donc l’année des découvertes, des surprises, bonnes et mauvaises.

Parmi les bonnes : il est possible de faire un budget énergie et il faudra nous enrichir des expériences de chacun de nos anciens territoires.

Parmi les mauvaises nouvelles il y a cette enchevêtrement de structures, de budgets qu’il va falloir clarifier pour que notre collectivité puisse assumer pleinement ses compétences. Il y a en d’autres bien sûr mais puisqu’il faut construire l’avenir sans enterrer le passé il ne faut pas s’y référer en permanence (oui du passé parfois il faut faire table rase). Et surtout, complexité aidant, il faudra bien se faire confiance et donc s’organiser pour la gagner car personne ici ne sera en capacité de maîtriser l’ensemble des dossiers.

La nouvelle communauté urbaine ne pourra se contenter d’être l’addition de toutes les anciennes pratiques, anciennes structures et anciennes politiques de chacun des anciens EPCI.

2017 et 2018 seront donc les années de la réalité, des prises de décisions, des choix et de la responsabilité.

Pour cela, nous aurons rapidement besoin d’un bilan définitif des taux de fiscalités tant sur les recettes de Grand Poitiers Communauté Urbaine que sur le niveau des impôts et taxes de chacun. Entre les hausses et les baisses de la multitude de taxes et impôts, bien malin qui est capable de dire combien un couple avec 2 enfants à Poitiers ou une personne seule à Jaunay Marigny ou une entreprise à Lusignan paiera en plus ou en moins.

Cela montre aussi qu’un EPCI ne peut se construire comme une réelle communauté de destin sans la volonté de ses membres. Car les attributions de compensation ne font qu’acter les inégalités de richesse et les geler a bien pour fonction de rétablir petit à petit un certain équilibre, même si ce sera bien long.

Construire notre communauté urbaine va nécessiter pour 2017 et 2018 confiance entre nous, courage et responsabilité.

  • Cela nécessitera de clarifier l’ensemble des budgets et budgets annexes, car comment comprendre qu’ici le BP finance les BA et que là c’est l’inverse.
  • Faire le tour des SEM et autres structures et de leur fonction pour soit les étendre réellement à notre nouveau territoire soit les supprimer si elles n’ont plus de fonction
  • Arrêter les exonérations historiques certainement justifiées à un certain moment et dans certaines conditions de tels ou tels impôts ou taxes. Sur un même territoire, il faut le même droit !
  • Arrêter de réclamer pour ses anciens territoires tels ou tels financements liés à des prestations de services ou autres qui ne sont plus justifiés sur notre nouveau territoire avec ses compétences

Il nous faudra clairement et rapidement prendre des décisions à GP CU :

  • quelle politique de solidarité à l’intérieur de notre territoire
  • quelle politique de construction, de vente et d’entretien des équipements communautaires (sport, culture,…)
  • quelle politique de développement économique industriel, agricole et énergétique
  • comment peser face à Bordeaux dans cette Nouvelle Aquitaine

Ce dernier point est loin d’être anecdotique, ce qui fait Poitiers et Grand Poitiers, c’est la présence de son Université, de ses 30000 étudiants, de ses labos, du CHU. Les territoires sont qu’on le veuille ou non en concurrence et l’annonce par M. Rousset d’une antenne de l’ENSMA à Bordeaux est plus qu’un signe de cette concurrence et de la volonté d’attraction du potentiel régional vers sa capitale. Les appétits girondins sont forts (en plus je suis plutôt jacobin) mais c’est à nous GPCU de nous organiser pour que l’Université ainsi qu’un tissu économique et social associé demeure le cœur de notre agglomération.

Une fois ces politiques décidées et votées pour exercer les compétences de Grand Poitiers (ce vote ne pourra se faire qu’avec des alternatives, le choix ne devant pas se faire par défaut) il faudra les mettre en œuvre.

Cette mise en œuvre nécessitera des budgets et des personnels avec là aussi es alternatives tant sur les budgets et que sur les modalités d’application.

Il faudra donc associer à ces politiques des choix budgétaires. Là encore, pour faire des choix il faut des alternatives : développement économique, solidarité, voirie il va falloir prioriser.

Régie de travaux, régie de déchets, régie d’eau ou syndicats ou délégations, il faudra faire le bilan de nos expériences pour que des décisions soient prises. Ce n’est d’ailleurs pas parce que politiquement notre préférence va vers la gestion publique que notre décision sera automatique. Une décision de principe ne doit pas obérer les autres politiques. C’est aussi cela le principe de responsabilité.

Cependant nous restons persuader qu’une régie forte est un outil essentiel d’indépendance pour notre collectivité.

Comme cela a été signalé en commission générale, les commissions doivent être un des lieux forts de cette discussion et pas seulement le bureau ou le collectif des maires.

Pour finir, je l’ai dit au début, il faut construire du neuf et donc savoir dépasser le passé. Mais il n’en reste pas moins que chacun dans son domaine ou son ancien EPCI devra l’assumer et participer à ce nouvel avenir en commun, imposé certes mais qui doit devenir notre force.

Publicités
Cet article a été publié dans budget, grand poitiers, patrick coronas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s