Conseil Communautaire du 31 Mars 2017 : Intervention de Patrick Coronas

 

Pour ce premier budget de Grand Poitiers 40, il y aurait de très nombreux points à développer.

Du côté financier :

Un budget de 427 millions d’euros. 17 budgets annexes Des investissements de plus de 31 millions d’euros. Une dette de 74.5 millions d’euros. Une fiscalité de 29 millions d’euros pour les habitants et de 30 millions d’euros pour les entreprises

Du côté politique :

Des compétences élargies en particulier à la voirie, à la culture, au tourisme, à l’énergie, à la gestion des milieux aquatiques et inondations

Chacun de ces points mériterait un long développement  pour mettre en face les choix politiques que devra faire cette assemblée. Car si la conférence des maires prend en compte les avis des maires de toutes les communes, si le bureau communautaire propose délibérations et orientations politiques, c’est l’assemblée communautaire qui vote et qui décide. C’est d’autant plus difficile que l’ensemble de l’Assemblée n’a pas validé un choix politique communautaire lors des élections municipales en tout cas pas dans cette nouvelle configuration, pas plus que les citoyens.

Les élus communistes se sont opposés à la loi NOTRE au niveau national. Nous avons contesté son aspect obligatoire, éloigné des situations particulières de chaque territoire tout autant que sa mise en œuvre anti-démocratique car sans prise en compte de l’avis des citoyens. Nous voulons pointer également son hypocrisie : sans le dire, en baissant les financements et les dotations, en vidant les compétences des communes et des départements, les élus nationaux ont fait le choix d’une nouvelle organisation territoriale :

En passant du triptyque

-communes, département, nation

Au triptyque :

-intercommunalités, grandes régions, Europe

C’est un choix mais il se serait judicieux de le présenter et de l’assumer , de l’assortir des garanties financières et démocratiques nécessaire à sa réussite, plutôt que de le faire sans le dire réellement ni s’assurer des conditions du succès

Au niveau local, on a donc dû faire avec. Nous nous sommes prononcés favorablement pour le nouveau Grand Poitiers car nous avons y trouvé une nécessité et une pertinence au vu des interactions et interdépendances déjà existante entre nos communes tout comme des usages et besoins actuels ou futurs de nos habitants. Et on a du faire avec dans l’urgence des regles de la loi NOTRE et de la perte de notre statut de capitale régionale.

C’est d’autant plus dommageable que l’on aurait pu construire ce nouveau Grand Poitiers autrement.

Par exemple  en laissant 3 ans pour que les organisations se connaissent et convergent budgétairement, fiscalement, en gestion des ressources humaines, en mode de gestion des services.

Cela pour qu’en 2020, les différentes listes des différentes communes se présentent avec un réel  projet communal ET communautaire. Ce projet pouvant être gestion en régie publique de l’eau, de l’assainissement, des déchets ou pas. Et cela pour toutes les compétences.

Mais cessons de rêver tout haut. Du temps, des principes d’organisation pragmatiques et des choix politiques clairement présentés et validés par le vote de nos concitoyens, ce n’est plus d’actualité nulle part. La campagne présidentielle actuelle nous le montre tous les jours.

Regretter ne sert à rien. En tant qu’élus, nous ne pouvons pas non plus nous contenter de rêver. Nous devons construire avec la réalité.

Grand Poitiers doit être une chance pour nos habitants et nos communes. Nous sommes condamnés à réussir. Cette nouvelle échelle doit permettre à l’ensemble des communes et leurs citoyens de construire des projets, d’accompagner les initiatives, développer des réseaux performants, découvrir de nouvelles perspectives.

Pour tout cela, Grand Poitiers (de par sa population, son  poids financier ou politique) et ses services communs (de par la compétence et la formation de ses agents), seront des ressources incontournables. Car le fonctionnement des collectivités et de la société évolue. Les multiples appels à projets sont  aujourd’hui l’Alpha et l’Omega des politiques nationales et européennes. On peut les résumer ainsi :

Vous avez 3 mois pour proposer un projet de x millions avec 50 % de supers innovations que l’on financera à 48.5% si cela rendre dans les 37 critères d’éligibilité et si votre dossier arrive des les 17 premiers.

Je n’exagère pas. Changer ce système ubuesque est la véritable solution. En attendant, Grand Poitiers et ses services communs seront indispensables. Notre nouveau périmètre doit également devenir une force par sa complémentarité urbain/rural pour les activités agricoles, les ressources en eau, les énergies renouvelables, la culture, la formation,… .

Voilà un programme enthousiasmant, un défi à relever pour notre Assemblée afin de préparer les prochaines décennies. Ainsi, en ce qui concerne l’énergie, nous proposons de profiter de l’existence d’un budget annexe énergie pour construire une grande politique de l’énergie (économie et production) dans laquelle Grand Poitiers pourrait être autre chose qu’un spectateur ou qu’un donneur de m2. Grand Poitiers doit pouvoir produire de l’énergie et donc de la richesse qu’il pourra ensuite investir dans des projets d’économies d’énergie ou d’autres projets de production. Il sera ainsi initiateur, financeur, accompagnateur ET acteur de la transition énergétique. De façon générale, il faudra que les habitants se saisissent de ces questions et que les décisions de notre Assemblée fassent sens.

En ce qui concernent la fiscalité, la loi nous impose un taux commun mais nous laisse libre du produit de ces taxes (et donc des taux). Si nous comprenons qu’il est difficile dans le cadre d’un budget de se priver de recettes pour réaliser les mêmes compétences, l’augmentation des impôts d’une partie de nos concitoyens va être difficilement compréhensible alors que l’on a « vendu » GP 40 comme une organisation avantageuse permettant d’avoir plus de dotations sans augmenter les taxes. Aujourd’hui, par ce budget, on envoie un message bien contradictoire aux habitants. Cela aurait pu être évité si on avait pris le temps d’organiser des convergences en amont de la fusion comme j’en parlais plus tôt.

Il va de même falloir réussir notre organisation et en particulier nos pôles de ressources pour que tous les services de Grand Poitiers puissent être fournis à toute la population de Grand Poitiers (conseil de la plateforme Acte pour la rénovation énergétique, transport, culture, voirie, etc …). Réussir les projets les plus ambitieux comme choses les plus concrètes (du fonctionnement quotidien de l’ouverture d’une salle de sport pour un club à la réparation d’urgence d’une toiture, d’un système de chauffage, …).

En cas d’échec, c’est la pertinence de Grand Poitiers qui sera mis en cause.

Nous voyons bien à la lecture de ce budget ce qui n’est pas écrit. GP 40 n’est pas un mariage d’amour mais de raison (de plus imposé par l’état). Pour construire cette union car le mariage est fait désormais, il faudra éviter de ressasser le passé, pour rapidement construire un avenir. La mise au même niveau des taxes, des politiques RH, des politiques d’investissements, de la gestion des structures, c’est l’avenir que l’on construit mais chacun devra le vouloir. Nous devrons dépasser les logiques comptables pour passer à une véritable logique de solidarité et de construction commune. Cela sera difficile d’autant que les niveaux d’intégration des anciens EPCI étaient loin d’être les mêmes et que même si cela n’est pas nouveau, la politique de reversement à l’euro près des taxes professionnelles fait que la solidarité financière entre les territoires et les communes est loin d’être une réalité même si à long terme cela sera le cas.

Keynes le disait déjà aux économistes orthodoxes :   « Vous dites que l’équilibre des marchés devrait se faire à long terme mais à long terme je serai mort… »

Il faudra que nous soyons un peu plus rapides que cela. Nous voterons ce budget.

 

Publicités
Cet article a été publié dans budget, grand poitiers, patrick coronas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s